Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

notre projet

En 2004, des élèves du collège Vallon de Toulouse à Marseille, ont gagné un coucours organisé par le Conseil Général des Bouches du Rhône. L'objectif, écrire un roman photo  sur les valeurs de l'olympisme (voir le fabuleux destin de Victor Rapide). La récompense devait leur permettre d'assister  aux Jeux Olympiques à Athènes.

En 2007, pour que le rêve devienne enfin réalité, nous nous relançons dans l'aventure. Nous allons réaliser un docu-fiction qui débute à Marseille en 1930 et qui s'achève en 2008, à Pékin, à l'occasion des jeux Olympiques.  

Recherche

BANDE ANNONCE

En mars 2007, un projet ambitieux est présenté aux élèves du collège Vallon de Toulouse à Marseille. Au programme, journalisme sportif, découverte de la culture chinoise, écriture et réalisation d'une fiction qui débute à Marseille en 1938 et qui s'achève à Pékin en 2008 à l'occasion des Jeux Olympiques.

Après 18 mois de travail, tout ce qui était prévu a été réalisé; une vingtaine d'interviews de sportifs de haut niveau effectuées par les élèves
(
voir tous nos reportages en vidéo), un court-métrage de fiction  et, pour six d'entre eux, un magnifique voyage à Pékin au mois d'août 2008 à l'occasion des Jeux Olympiques.

9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 21:16

Le journal l'équipe a fait paraître dans son magazine de samedi un article sur la billeterie des Jeux de pékin. La France a obtenu 45 000 des 1 750 000 places mises en vente, soit 2,6% des places! Forcément, "Voyageurs du Monde", la seule agence française habilitée à vendre la billeterie des stades, tire le signal d'alarme. Si on veut des places, c'est maintenant ou jamais. Et encore, aucune assurance d'avoir les disciplines espérées! Bon...

Côté billeterie avion, les tarifs durant la quinzaine olympique se sont enflammés. En envisageant un retour après la clôture, on est encore dans des tarifs décents. Cependant, je suis l'évolution des vols de près et en une semaine, nombre de vols Lufthansa ont disparu à certaines dates, affichant probablement "complet".

Côté finances, c'est positif, mais il semble difficile d'envisager un sixième enfant. C'est positif à une nuance prêt. Nous disposons virtuellement de la subvention du Conseil Général, mais nous n'en disposons pas réellement. Des délais administratifs immuables ajoutent un peu de tension à ce suspense dont je me passerais volontiers. J'ai découvert une disposition intéressante dénommée "loi Dailly". Je vous fais un copier-coller d'un forum où j'ai trouvé une explication "pédagogique".

"La Loi DAILLY a instauré un mécanisme de cession de créances au profit des banques.

C'est assez simple en fait ; il s'agit pour une entreprise de remplir un bordereau dit Bordereau DAILLY recensant des créances qu'elle détient auprès de tout ou partie de ses clients. L'entreprise remet ce bordereau à la Banque qui paie les dettes des clients, à charge pour elle de récupérer l'argent auprès de ceux-ci. Evidemment, elle paie l'entreprise en déduisant des frais.

Ex : A doit 100 à B ; A a besoin de liquidités immédiatement et ne peut pas attendre le paiement de B qui dispose de 90 jours de délai de paiement ; A va voir son banquier et remplit un bordereau DAILLY ; la banque paie 90 tout de suite à A et se déclare comme nouveau créancier de B ; au bout des 90 jours, B paie 100 à la Banque qui a gagné 10."

Vous avez compris? En gros, je pourrais avoir recours à cette loi, engendrant des frais supplémentaires là où j'essaie de les réduire! Encore une décision pas facile à prendre. Et puis comme rien n'est simple, il me faut changer de banque. L'absence d'interlocuteur à la poste, où l'association sportive qui gère le projet a son compte, est aux abonnés absent  côté interlocuteur.

Ce qui est encourageant, un nouveau partenaire est venu nous rejoinde vendredi pour une somme conséquente (1000€), toutes nos promesses de dons entreprises ont été tenues (3800€) et le "Pékinthon" lancé par le cousin Georges s'est concrétisé à 50% en une semaine. De leur côté, les parents du groupe ont été incités à lancer leur propre action.

Enfin, ne croyez pas que nous ne travaillons plus. Vous devriez découvrir dans la semaine le story board d'une scène que nous allons tourner sous peu, le premier contact entre nos arrière-grand-parents. Je peux vous assurer que les coulisses nous réserveront probablement quelques fou-rires. 
Mais je ne vous cacherais pas que la scène que j'attends de tourner avec le plus d'impatience est celle de l'arrestation de l'arrière-grand-père par les soldats Japonais. "Facile!" me direz-vous. Disons "inventive". Elle est théoriqement programmée pour la fin du mois à la friche de la Belle de Mai.

Si vous avez eu le courage de lire jusqu'au bout, vous aurez peut-être mieux compris pourquoi ce projet "protéiforme" est prenant et épuisant!

Repost 0
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 22:01

Lors d'une petite promenade dominicale la semaine dernière, je discutais de notre projet avec "Georges", un cousin. Je lui avais livré il y a presque un an, ce rêve un peu fou d'amener avec moi des élèves aux Jeux Olympiques de  Pékin. Je lui avais soumis un dossier d'amateur et avec un oeil professionnel et quelques questions bien senties, il avait permis de le transformer et d'en faire un dossier de bonne facture.

"Combien te manque-t-il?"

La somme, peu importante au regard du budget global, mais suffisamment importante pour que sans elle le projet pourrait ne pas aboutir lui fut donnée avec encore des approximations relevant des dates restant à définir. Les dates, initialement prévues (du 12 au 21 août) ne proposaient plus que des tarifs au dessus de ce que j'avais budgétisé et les nouvelles dates ne correspondaient plus aux réservations de stade que j'avais programmées. En gros, c'était presque pareil mais pas tout à fait pareil et ça pouvait prendre 2000€ en changeant de quelques jours. Bref, ma réponse évasive n'en était pas une mais ce qui était clair, c'était que nous touchions au but. 

Alors, ce cousin "Georges" eut une drôle d'idée. Il négocia avec ma femme afin qu'elle lui ouvre les secrets de mon carnet d'adresses mail, puis il lança le "Pékinthon" à mon insu.

Une semaine plus tard, il se trouve "bizarrement " invité à diner par ma femme et me propose de regarder un diaporama. Je découvre avec une émotion énorme une suite de messages d'encouragements d'amis, de membres de ma famille, puis tout à la fin, le montant des promesses de don: plus de 1500€!

Plusieurs dizaines de personnes se sont réunies pour que quelques enfants qu'ils ne connaissent pas vivent le rêve d'un projet fou. Parce que certains ont déjà vécu d'autres projets fous sortis de mon crâne.

Il faudra maintenant transformer rapidement ces promesses en dons parce qu'en mars tout se jouera. Des tracasseries administratives vont encore parsemer mon chemin et il faudra les dépasser. J'ai la sensation avec toutes ces vacances d'abandonner mes élèves, mais c'est pour eux que je me bats. Le projet est en stand-by pour eux alors qu'il n'a jamais été aussi brulant.

Si vous aussi vous voulez contribuer à la réussite de ce projet, vous pouvez nous soutenir en envoyant un chèque à l'ordre de l' Association Sportive du collège Vallon de Toulouse et l'adresser à

collège Vallon de Toulouse
à l'attention de Xavier Cerati
40 chemin du Val des Bois
13009 Marseille

ENCORE MERCI A TOUS!
Repost 0
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 23:28

N'ayez crainte si vous ne voyez pas autant d'articles que vous le souhaiteriez, le projet ne perd pas pied, au contraire. Derrière les pages moins souvent renouvelées du blog, une activité importante de finalisation du projet est en route. Jamais aussi fort qu'aujourd'hui je n'ai senti que ce projet pouvait aboutir à Pékin. La promesse de soutien du Conseil Général s'étant transformée en virement sur le compte de l'Association Sportive, les soutiens qui se sont engagés depuis le début à nos côtés vont pouvoir à leur tour transformer leurs promesses de dons en dons. Ce n'est pas pour autant que tout est fini, bien au contraire. Des choix difficiles restent à faire. Depuis ma première rencontre avec l'agence à laquelle j'avais soumis le dossier (octobre 2007) beaucoup de choses se sont passées. Les prix qui s'envolent à Pékin et sur les vols, les places pour les compétitions qui se vendent allègrement, les espoirs de logement en internat qui s'évadent, les soutiens espérés de la part des contacts franco-Pékinois qui s'échappent, bref, de quoi démoraliser le plus Cartésien des hommes. Pourtant à force de tourner et virer, j'ai trouvé la solution à notre logement et comment réduire le coût du séjour. Néanmoins, un choix risque d'être diffcile. Si je pense que nous irons à Pékin, notre budget ne nous permet pas d'y aller avec les huit élèves impliqués. Peut-être aurons-nous le budget dans quatre mois, mais dans quatre mois il sera trop tard. C'est en mars que ce projet devra réellement réserver sa place à Pékin.
Nous avons délaissé la fiction (avez-vous dézippé le diaporama du premier épisode? http://www.clg-toulouse.ac-aix-marseille.fr/spip/spip.php?article206 ), nous avons délaissé les reportages, mais les élèves, Yiwa et moi sommes à deux doigts de réussir ce pari fou.

Si loin... si proche, c'est peut-être ce que se dit aussi Camille Ayglon, joueuse de l'équipe de France de hand-ball qui disputera le tournoi de qualification olympique à Nîmes du 28 au 30 mars. J'ai eu le plaisir de la rencontrer à Nîmes justement. Peut-être que des sourires comme les siens et ceux de tous les athlètes que nous avons rencontrés nous aident-ils à croire que c'est possible!

PS: pardon à mes élèves de leur avoir piqué cet entretien!

Camille_Ayglon
Vidéo envoyée par majix07

Repost 0
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 19:05
Ah! les vacances! D'aucuns s'en délectent, d'autres, plus rares, ne les apprécient guère. Non? Vous ne connaissez personne qui refuserait de prendre quelques jours de vacances? Vous avez raison, moi non plus.
Néanmoins, pour un projet comme le notre, quatre semaines de vacances en neuf semaines, ça casse un peu le rythme. 
En descendant des Alpes, une opportunité m'a fait faire escale à Nîmes. Certes, pas le plus court chemin pour regagner Marseille, mais une étape fort intéressante puisqu'il s'agissait de rencontrer Camille Ayglon, joueuse de l'équipe de France de Hand-ball. Une rencontre dans l'intimité du Parnasse, le Palais des sports de la ville de Nîmes, qui accueillera du 28 au 30 mars le tournoi de qualification olympique. Les Françaises y chercheront leur ticket pour Pékin.
A défaut d'être interrogée par les élèves, ben oui c'est la vacances quoi, c'est moi qui m'y suis collé... avec plaisir!
undefined
Camille a bien voulu se mettre en situation, mais pas à son poste. Lequel d'entre vous trouvera son vrai poste, avant la diffusion de l'interview la semaine prochaine?
Bonne fin de vacances... si vous en avez!

undefined
Repost 0
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 12:53

Après quelques jours de silence dus à l'exercice délicat de la réalisation en autonomie du premier épisode de notre fiction, il est temps de débuter l'ultime partie de notre travail. Silence... moteur... action

fiction001.jpg

si vous voulez savoir ce qui se trouve au fond de la boite, allez sur le site du collège Vallon de Toulouse en cliquant sur les dessins de Flora ci-dessus, ouvrez le document joint à l'article et voyagez en 1938...


Episode 1

envoyé par majix07

 

Repost 0
Published by majix - dans notre fiction
commenter cet article
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 19:04

Il est plus facile de préparer une interview que de tourner un court-métrage. C'est la raison pour laquelle la fréquence des articles risque de tomber de deux par semaine à un. Le travail qui est en effet demandé à notre petite équipe est complexe. Sur la base d'un squelette d'histoire existant, il nous faut donner du corps à chacun des chapitres. Nous avons trois niveaux de travail.
Ce que nous pouvons filmer, c'est à dire ce qui se passe aujourd'hui, nous le  filmons.
Ce que nous ne pouvons pas filmer, c'est à dire ce qui s'est déroulé dans le passé, nous le dessinons ou nous le montons numériquement.

La première scène que nous avons décidé de tourner est déterminante, c'est celle qui va lancer notre histoire. Après l'avoir écrite, ré-écrite, répétée et "re-répétée" tout doit théoriquement être tourné ce soir dans la cave de Flora en autonomie... 
Flora et Baptiste vont faire une étrange découverte.
En attendant, je vous livre quelques dessins qui doivent illustrer ce moment clé de l'histoire dont je vous ai parlé et qui reste encore un mystère pour vous. Comme je vous le disais précedemment, la qualité première de notre équipe n'est pas le coup de crayon! A vous de trouver notre meilleur dessinateur.
Dessins et film sont les préambules de notre fiction dont vous découvrirez le premier épisode la semaine prochaine.


undefined 


undefined

undefined

undefined

undefined

undefined



undefined
Repost 0
Published by majix - dans notre fiction
commenter cet article
27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 22:46

Yiwa revenue de Pékin, nous pouvons reprendre nos cours. Une réorganisation prochaine de son emploi du temps va rendre encore plus précieux le temps que nous allons passer avec elle. Nos heures étant comptées, il est donc important que nous soyons efficaces. Apprentissage express, plan séquence, pas de droit à l'erreur. Vous verrez sur notre petite vidéo que le plan séquence est un exercice périlleux... que finalement nous avons réussi à surmonter. Je voulais vous mettre un sous-titrage, mais comme je suis moins fort que mes élèves, je dois toujours être sur leur dos pour qu'ils soient concentrés, du coup, je n'écoute pas les cours. Si nous allons à Pékin, je serai obligé de m'appuyer sur eux.
D'autre part, j'ai soumis à mon groupe un travail sur le story board d'une scène importante; la rencontre en 1930 qui va donner naissance à notre aventure.

Et bien c'est pas gagné!!!

Repost 0
Published by majix - dans made in China
commenter cet article
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 23:02

De retour d'une semaine au ski avec des élèves de 4ème, dont 6 de nos journalistes, nous voilà de nouveau prêts à affronter le compte à rebours qui doit nous amener à Pékin. Plus que 200 jours. C'est presque demain et il nous reste encore tellement de travail!

Comme je vous l'avais promis avant cette semaine du blanc, je devais vous proposer les images de la première rencontre que nous avions faites, en avril 2007. Eric Quintin, champion du monde de hand-ball en 1995 et bronzé olympique avec les "Barjos" en 1992, nous avait fait le plaisir de venir nous rencontrer. Neuf jeunes adolescents, encore loin d'imaginer  toutes les rencontres qu'ils allaint faire dans les mois à venir, pas toujours attentifs, mais toujours curieux, avaient écouté le récit sincère d'Eric, ou comment il était passé d'un adolescent sportif à un champion du monde.
J'ai trouvé sur Dailymotion, site qui héberge nos vidéos, quelques images de la finale des championnats du monde de hand-ball de1995. Eric est le n°11 qui s'était permis quelques libertés avec sa chevelure en rasant un peace "hand" love que vous n'aurez pas l'occasion d'admirer.
Sachez enfin que l'histoire de ce film improbable est ma pire expérience de montage depuis le début du projet; film "mangé" par un camescope qui a terminé sa vie au service après-vente, retrouvé par hasard sur le disque dur de notre reponsable informatique, format illsible, intransformable, inexportable puis idée lumineuse mais image déplorable et finalement, une solution ultime qui vous livre cet intretien très instructif.

Les championnats d'Europe nous ont montré ces derniers jours une équipe de France de hand-ball sereine et impressionnante. Souhaitons lui de confirmer son statut de championne d'Europe et souhaitons nous de les retrouver à Pékin!

Eric_Quintin
Vidéo envoyée par majix07

rencontre avec Eric Quintin, champion du monde de hand-ball en 1995 et parrain de notre projet.

Repost 0
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 22:05

Six des membres de l'équipe partent au ski cette semaine.... et comme je les accompagne, nous allons marquer une nouvelle pause. Mais rassurez-vous, Yiwa est de retour de Pékin, prête à poursuivre son initiation. D'autre part nous avons commencé à réflechir et à croquer cette histoire d'amour entre l'arrière grand-père et l'arrière grand-mère de nos héros.  Vous n'y comprenez rien? Normal, c'est le début de la phase 2. Que s'est-il passé en 1940 sur ce navire au départ de Marseille et à destination de la Chine? Vous le saurez en poursuivant l'aventure avec nous!

Je vous promets également que dans les jours qui suivront notre retour du ski, vous verrez enfin les images de notre première rencontre avec notre parrain, Eric Quintin, champion du monde de hand-ball en 1995.

En attendant, n'hésitez pas à visiter le blog de notre séjour à Vars avec des élèves de 4ème.

http://vdt13.over-blog.com/

Repost 0
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 22:02
Avant les vacances, nous avons rencontré Stéphane  François, champion du monde de beach-soccer en 2005. Baptiste avait  préparé son entretien avec professionnalisme et même si vous aurez parfois l'impression qu'il est ailleurs, si ses yeux quittent son sujet, ses oreilles veillent toujours. C'est au collège que Stéphane est venu nous rencontrer, ouvert , drole et sympathique. Il nous parle de la spécificité du beach-soccer, "football de plage" si votre anglais est incertain, dont les futurs championnats du monde se dérouleront cet été à Marseille sur les plages du Prado. 
Il n'a hélas pas trouvé parmi nos journalistes de vrais joueurs de football. Vous verrez en fin de reportage que si la plage est propice au jeu de football, tous les lieux ne le sont pas...



undefined

Repost 0

Articles Récents

Pages