Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

notre projet

En 2004, des élèves du collège Vallon de Toulouse à Marseille, ont gagné un coucours organisé par le Conseil Général des Bouches du Rhône. L'objectif, écrire un roman photo  sur les valeurs de l'olympisme (voir le fabuleux destin de Victor Rapide). La récompense devait leur permettre d'assister  aux Jeux Olympiques à Athènes.

En 2007, pour que le rêve devienne enfin réalité, nous nous relançons dans l'aventure. Nous allons réaliser un docu-fiction qui débute à Marseille en 1930 et qui s'achève en 2008, à Pékin, à l'occasion des jeux Olympiques.  

Recherche

BANDE ANNONCE

En mars 2007, un projet ambitieux est présenté aux élèves du collège Vallon de Toulouse à Marseille. Au programme, journalisme sportif, découverte de la culture chinoise, écriture et réalisation d'une fiction qui débute à Marseille en 1938 et qui s'achève à Pékin en 2008 à l'occasion des Jeux Olympiques.

Après 18 mois de travail, tout ce qui était prévu a été réalisé; une vingtaine d'interviews de sportifs de haut niveau effectuées par les élèves
(
voir tous nos reportages en vidéo), un court-métrage de fiction  et, pour six d'entre eux, un magnifique voyage à Pékin au mois d'août 2008 à l'occasion des Jeux Olympiques.

29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 21:13

Dans 100 jours débuteront les Jeux Olympiques. Quelques jours plus tard , nous viendrons nous mêler à la fête. Quasiment débarassés des tracasseries d'intendance, il nous reste maintenant à travailler notre fiction. C'est ce que nous avons fait avec Lisa et Benjamin, un de ses camarades de classe. Nous avons tourné la scène que vous avez découvert en dessins, soit la rencontre "physique" entre Xuan et Barnabé. En fin de cours, en salle de musique, nous avons tourné ce petit plan séquence assez complexe. Plongée + travelling latéral + rotation 45°+ zoom AV, vous pouvez toujours tester à la maison! Quelques répétitions, 2 prises et c'était dans la boite. Un vrai travail de professionnels, un vrai travail d'acteurs puisqu'ils ont dû vaincre leur timidité... ou d'actrices puisque seules les mains étaient visibles!

A l'issue de ce tournage, Benjamin nous a offert une belle interpréatation de "lettre à France" de Michel Polnareff et Lisa s'est fendue d'une composition. Et là, j'ai été complètement bluffé! Enormément d'émotion dans son morceau et une utilisation probable comme thème de la scène d'arrestation.

Mais bon, je vous parle et vous ne voyez toujours rien! Pour des raisons techniques, nous devons nous rendre à la Friche de la Belle de Mai pour faire le montage de la scène d'arrestation et de la scène du pensionnat. Patience, nous ne trouvons pas le temps pour nous y rendre!

Je vous avais promis le reportage de LCM en trois phases. La dernière, c'est le direct de jeudi dernier.


LCM_le_direct
envoyé par majix07
Repost 0
26 avril 2008 6 26 /04 /avril /2008 00:01

Laissons à Fiona le soin de raconter sa soirée  à LCM.

 l'heure où je vous écris, je suis encore sur mon petit nuage... Pleine de rêves, de souvenirs et d'anecdotes... Mon interview de ce soir sur la chaine Marseille ( LCM ) a été vraiment Magnifique et Magique, de vivre cela, j'ai une chance inouïe. Une équipe d'enfer qui m'a tout de suite mise à l'aise, mais surtout la journaliste (Anne-Sophie MAXIME) qui a été tout simplement géniale.

En entrant dans le « studio », j'ai découvert tellement de choses, savoir comment tout se passe, comment les présentateurs et la régie se préparent, comment les présentateurs utilisent le prompteur, qu'est ce que la régie dit dans les oreillettes des présentateurs... On nous a même maquillés comme des Stars (même Mr Cerati qui lui n'a pas beaucoup apprécié le « blush »  ), on m'a expliqué qu'on nous maquillait parce que à la caméra sinon on brillait à cause des lumières ... Enfin toutes ces petites choses qui resteront inoubliables. J'ai appris tant de choses en allant là-bas. J'ai découvert que mon avenir je le voyais dans ces endroits-là, je rêvais de ça depuis toujours en fait. Ce métier de journaliste, de rédactrice en chef qui est extraordinaire. J'ai vraiment voulu questionner Anne-Sophie qui me fascine vraiment beaucoup, qui m'a mis tant d'étoiles dans les yeux, qu'après mon intervention à LCM, je n'ai pu résister de lui faire une petite interview. Et oui, je suis toujours dans les interviews pas prévues et à l' « arrache ». Je remercie vraiment Anne-Sophie pour son accueil et ses attentions, mais je remercie aussi toute l'équipe de LCM. Mais surtout Merci Mr Cerati pour m'avoir donné l'occasion de passer ce moment de bonheur inoubliable."

 

Repost 0
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 22:41

Depuis deux années, La Chaine Marseille nous permet de montrer à des élèves de 3ème les coulisses d'une télévision. LCM nous a cette fois ouvert l'antenne pour présenter notre projet. Fiona a profité de l'opportunité pour interroger hors plateau la journaliste qui venait l'interviewer. Une vocation serait-elle née?
Nous vous livrerons cette visite en 3 épisodes. Le "off", le "live" et le bonus.


Pretty Woman - Roy Orbisson

Quelques minutes avant notre passage à l'antenne, nous avions vu en direct Fabien Gilot et Frédérik Bousquet en finale du 100 mètres des championnats de France. En terminant second et troisième, ils iront à Pékin... comme nous! Ils nous avaient donné leur accord pour une rencontre. Reste maintenant à finaliser ça!
Repost 0
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 23:21

Lundi 7 avril, début des vacances, je roule vers l'Italie pour une mise au vert. Avant de franchir la frontière, je ne peux m'empêcher d'écouter les infos avant de couper les ponts avec le monde durant une semaine. Paris accueille la flamme olympique. La seule radio que je capte est insupportable par la cacophonie qui règne régulièrement sur son antenne. Les journalistes dépeignent des scènes d'émeute, hurlent à la censure, s'offusquent, extrapolent... col de Montgenèvre, benvenuto in Italia.

Je n'avais pas aimé les images de Londres la veille. Je n'aimerai aucune des images de cette flamme. Pas celles de Paris ou des autres démocraties avérées qu'elle traverse, pas celles non plus de Mascate, dans le Sultanat d'Oman, où toute dissidence aurait probablement été lourdement sanctionnée ou celles de Dar es-Salaam dans une Afrique plus préoccupée par la faim que par la flamme ou le Tibet.

Quelle plus belle vitrine que les Jeux Olympiques pour faire parler de soi en sabotant « en direct », au nom d'un idéal, un autre idéal auquel certains s'efforcent encore de croire. Oui j'aime le sport, non je n'aime pas que ce soit Coca qui le finance. Oui j'aime la compétition, pas lorsqu'elle oppose deux villes à coups de millions pour savoir laquelle est la plus « apte » à accueillir les Jeux. Oui j'aime le sport pour les valeurs qu'il véhicule et que notre projet tente de mettre en avant, non je n'aime pas qu'on demande au sport de combattre sur un terrain qui n'est pas le sien. Les Jeux auront bien lieu en Chine en août 2008 comme décidé il y a sept ans. Quels que soient les appels au boycott, de la cérémonie d'ouverture ou des produits Français, nous entendrons au cours des 100 derniers jours qui nous séparent de la cérémonie d'ouverture, des va-t-en-guerre, des donneurs de leçons, des athlètes mal à l'aise, des touristes qui trouvent Pékin finalement plus propre qu'ils ne pensaient, des chinois qui « fuck » la France et des journalistes qui continueront, dans leur choix éditorial, de nous asséner que l'on vit quand même dans un monde un brin "rotten", bien au-delà du Danemark, comme le disait Hamlet à son ami Horatio.

Alors qu'est-ce qui va bien quand tout va mal ?

Cette démocratie et cette liberté qui permettent de s'opposer (souvent à tout en France), nous permet, à nous, de construire un rêve. Notre projet continue pour la dernière ligne droite. Un peu plus de cent jours nous séparent de notre départ et il nous reste encore tant de choses à faire. Nos tournages sont compromis pour les trois semaines à venir (nous tournons habituellement le jeudi et je suis jury d'examen jeudi prochain et jeudi 1er et 8 mai sont fériés). Alors il va falloir renvoyer les équipes sur le pont, en autonomie. Nous avons en attente des entretiens avec Fabien Gilot et Frederik Bousquet, qui jouent leur qualification pour Pékin cette semaine aux championnats de France de natation. Francis nous prépare l'interview d'un étudiant de la faculté des sports qu'il a eu comme prof stagiaire cette année. Sa particularité, devenir arbitre professionnel. Nous allons renouer avec nos jeunes gymnastes du pôle France et suivre de près les sportifs que nous avons rencontrés et qui se sont déjà qualifiés pour Pékin (Xavier Rohart, Christelle Daunay, Camille Ayglon et Yann Cucherat en attendant que Ladji Doucouré les rejoigne).

Enfin, jeudi à 18 heures, Fiona m'accompagne dans les studios de La Chaine Marseille pour faire son premier direct à la télé.

« Show must go on ! »... et agissons tous "pour un monde meilleur"

Repost 0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 21:50

Je voudrais juste vous dire combien lundi 31 mars a probablement été la pire journée dans ce projet fou. Une nouvelle terrible nous est tombée dessus, nouvelle dont il m'est très difficile de parler pour l'instant. Sachez juste que lundi soir, j'étais abattu. Sans qu'il s'agisse d'une blague arrivée un jour trop tôt, un an de travail a été provisoirement mis à mal pour des raisons qui me sont encore obscures. Heureusement, j'ai trouvé encore un peu de force pour réagir avec véhémence et raison. Un poisson d'avril frelaté qui n'en était pas un, un nuoc man inutile à notre cuisine.
Néanmoins, ce stress supplémentaire a scellé le sort de Jérôme et Juliette qui ne pourront malheureusement pas nous accompagner. Trop d'incertitudes planent sur leur cas pour que j'arrête définitivement le groupe qui partira à Pékin. Baptiste, Fiona, Flora, Francis, Lisa, Marion, pour avoir cru il y a un an que ce projet était possible partiront à Pékin du 14 au 30 août 2008.

Nous avions prévu aujourd'hui de tourner une scène en gros plan dont je vous avais montré le story-board dans cet article.

Sur le bateau, Barnabé est tombé sous le charme de la musique jouée quotidiennement par Xuan. Bien qu'il l'ai croisée à plusieurs reprises, il n'a pas encore osé lui parler. Il profite de son absence pour s'asseoir au piano et jouer un air que sa mère lui avait appris quelques année auparavant. Sans qu'il l'ait entendue entrer dans la pièce, elle s'assied à ses côtés et l'accompagne.

Hélas, Lisa (les mains!) préoccupée par un examen de piano, n'a pas pu suffisamment répéter le morceau qu'elle devait jouer à quatre mains avec Benjamin (un nouvel invité après Arnaud). Nous tournerons cette scène à la rentrée.

Avant de partir en vacances, je vous livre quelques photos réalisées sur le tournage de jeudi dernier.

Voilà presque dix ans que Barnabé et sa fille, Jade, sont rentrés de Chine et presque autant de temps qu'elle séjourne en pensionnat. Elle écrit sa détresse dans son journal intime. Deux pestes vont s'en emparer. 






Repost 0
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 21:33
Première et seule équipe de sport collectif française qualifiée pour les Jeux Olympiques de Pékin, les handballeuses ont répondu de belle manière au rendez-vous fixé par le TQO (Tournoi de Quaification Olympique) qui s'est déroulé ce week-end à Nîmes. En finissant première de ce tournoi devant la Corée, elle ont assuré leur billet pour Pékin.
Il y a un mois, j'avais rencontré Camille Ayglon, arrière droite de cette équipe de France qui nous avait donné rendez-vous en Chine. Nous y serons. Nous espérons de tout coeur qu'elle fera partie des 14 joueuses qu'Olivier Krumbholz , l'entraineur, sélectionnera pour les Jeux. Au vu de ce week-end, ça devrait être le cas.
Dans le match auquel j'ai assisté, le plus intéressant du week-end, entre la Corée et la France, il y a parfois eu des odeurs de grandes compétitions, notamment dans le "money-time", ces secondes magiques en fin de partie où un match peut basculer d'un côté ou de l'autre. 25 partout, temps mort à 1 minute quarante de la fin. Imaginons le même match en finale des Jeux! Imaginons Véronique Rolland-Pecqueux, Isabelle Wendling, Valérie Nicolas, championnes du monde en 2003, près de 850 sélections en équipe de France à elles  trois, gagnant enfin l'or olympique et passant le relais à une jeune génération prometteuse, dont Camille Ayglon! Imaginons par la même occasion notre petite équipe entonnant à tue-tête une Marseillaise bien nommée! Whaou!

Une autre fiction, bien réelle celle-là, a vu le tournage d'une nouvelle scène jeudi dernier. Scène difficile comme annoncée, parce qu'avec pas mal de texte. Malgré deux groupes d'IDD (langage pédagogique abscons que seuls les initiés comprendront) en tournage simultané, j'ai pu entr'apercevoir quelques belles émotions. 

Jade, la fille de Barnabé, écrit son journal intime dans le réfectoire du pensionnat où elle reproche à son père de l'avoir abandonnée.

Fiona, dans le rôle de Jade, a improvisé une cascade non scénarisée qui a fait pleurer de rire ses camarades et qui lui a permis d'utiliser sa douleur pour créer une émotion sans l'artifice d'un oignon coupé ou de liquide physiologique. Une scène qui fera assurément le succés d'un bêtisier futur!








Repost 0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 21:40

Lundi 24 mars, la flamme olympique est partie d'Olympie. Ce qui aurait pu être le beau symbole d'un idéal sportif s'est transformé en tribune d'opinions légitimes, mais déplacés. Pardon baron pour ces digressions. Pardon pour ce mélange de cultures opposées que sont politique et sport. Pardon de troubler le travail de milliers d'athlètes qui se préparent à ces Jeux depuis quatre longues années, pardon à ces millions d'enfants qui un jour se sont rêvés champions, pardon pour nous autres adultes hypocrites qui avons fait le choix d'offrir un symbole de paix à un pays dont nous n'ignorions pas les défauts.
Ce n'est qu'un juste retour de flamme. Ce n'est pas aujourd'hui qu'il faut remettre en cause la légitimité d'une Chine olympique. Laissons Alain Bernard devenir champion olympique, Laure Manaudou reprendre sont record du monde du 400m NL à Pellegrini en finale des Jeux, laissons les Jeux être des jeux sportifs.
Mais ne fermons pas les yeux. Pas facile!

Pour revenir à nos affaires, autant le tournage de jeudi dernier a été difficile techniquement (quel cadrage pour avoir les bonnes ombres sans que les acteurs apparaissent dans le champ?), autant celui de jeudi prochain s'annonce difficile parce que le texte occupe une place importante. Les préparations d'aujourd'hui ne me rassurent guère sur le tournage. L'urgence permanente dans laquelle nous travaillons est parfois incompatible avec l'exigence de certains travaux. Enfin, nous verrons bien. Espérons que jeudi les textes seront maitrisés! 
Les 7 heures passées dans le vent aujourd'hui et les infos du jour m'ont mis d'humeur maussade. Ce n'est bien évidemment que passager, j'attendrai septembre 2008 pour être fatigué.

Repost 0
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 17:31

"Monsieur, c'est vrai qu'ils vont annuler les Jeux Olympiques?"

Evidemment, si les problèmes du Tibet auraient laissé indifférent nos élèves il y a un an, tout ce qui touche aujourd'hui aux Jeux Olympiques dans les médias attire leur attention. Nous avions déjà abordé les problèmes des droits de l'homme en pleine campagne présidentielle, quand déjà certains appelaient au boycott des Jeux. Il avait fallu leur parler du peu de chose que l'on sait ou que l'on croit savoir, leur parler de Tien An Men, leur montrer cette photo qui a fait le tour du monde, sentir la gêne de Xuan, notre première collaboratrice chinoise.
Mais c'était tellement loin de leur univers que je ne sais pas comment il avaient perçu cette notion de droits de l'homme.
Aujourd'hui, le problème Tibétain fait de nouveau la une. Et cette fois, peut-être essaient-ils de comprendre. Mais dans une balance qui oppose droits de l'homme et intérêts économiques la disproportion semble telle que la seule chose qui s'encrera dans leur tête est une morale de fable: la raison du plus fort est toujours la meilleure... et pourtant tellement loin de la raison.
Néanmoins notre projet est un projet pédagogique qui ne peut se permettre de prendre parti sous peine de quoi il serait à remettre intégralement en cause. Il prend son sens dans les valeurs sportives qu'il défend, dans la création artistique et dans une culture dont la richesse n'est pas à remettre en cause. Toutes les ombres chinoises ne doivent pas nous empêcher d'avancer.

Ombres chinoises, c'était le défi de la scène que nous avons tournée jeudi.
Le soir de noël 1944, les soldats japonais viennent arrêter Barnabé sous les yeux de ses enfants.
Je vous livre un petit making-of de cette aprés-midi de tournage à la Friche de la Belle de Mai. Il faudra passer un peu de temps en post-production pour vous livrer cette scène.




Repost 0
Published by majix - dans notre fiction
commenter cet article
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 22:09

Comme je vous l'expliquais précédemment, notre fiction n'est pas tournée selon la logique temporelle. Mais les scènes tournées sont diffusées dés qu'elles sont montées. En outre, soit vous les regardez au fur et à mesure, quite à ne pas tout très bien comprendre, soit vous attendez septembre que nous ayons tout remis dans l'ordre.
Lors du premier épisode, Fiona et Baptiste ont découvert dans leur cave une étrange boite qui contenait bien des mystères. En premier lieu, le carnet de voyage de leur arrière grand-père Barnabé.
Vous avez peut-être lu le contenu de la première page. D'autres pages sont prévues, mais c'est la prochaine scène qui va être fimée dont je voudrais vous parler.
Plantons le décor. Barnabé a embarqué sur le Maréchal Joffre en 1938. Sur le bateau il a remarqué une belle asiatique.
Le problème posé aux enfants, comment tourne-t-on la scène de la rencontre qui se passe en haute mer. Tous s'étaient déjà exprimés en dessin sur le "comment ils s'étaient rencontrés" mais pas sur le comment nous allions le tourner.

Il a donc fallu que nous choisissions le "comment", sachant que nous n'avions pas de paquebot à disposition, que nous n'avions aucun acteur adulte, encore moins asiatique.

C'est la solution de Lisa qui a été retenue. C'est par la musique qu'ils vont se rencontrer et entrer en contact et nous ne filmerons cette rencontre qu'à travers des mains. Vous trouverez ci-dessous les quatre plans que nous aurons à tourner.

- notre héroïne jouant du piano
- sa musique envoute Barnabé qui la joue sur une rembarde du pont
- Il s'assied à ses côtés pour jouer à quatre mains
- il lui prend la main

undefined

undefined


undefined
undefined

undefined

undefined
undefined

Tout le monde n'a pas respecté le cahier des charges (gros plan uniquement), mais chacun y a mis du sien. Il nous reste maintenant à tourner la scène... et ça ne va pas être commode. Le pont nous pose quelques problèmes mais nous pensons avoir trouvé une solution. Nous tournerons la scène jeudi 27 mars avec une autre scène, écrite par les élèves et qui demandera cette fois-ci de vrais acteurs.

Ce jeudi nous tournons une scène clé terrrrrrriblement difficile!

Repost 0
Published by majix - dans notre fiction
commenter cet article
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 23:05

Il y a un an, quasiment jour pour jour, j'affichais une annonce dans le hall du collège invitant les élèves de 5ème et de 4ème à venir assister à la présentation d'un projet lié aux jeux olympiques et au sport. Son issue possible, un séjour en Chine en août 2008 à l'occasion des Jeux Olympiques!
Une semaine plus tard, nous voilà dans une salle de classe avec... 9 adolescents et leurs parents. Je présente le projet que vous connaissez maintenant (piqure de rappel; journalisme sportif, culture chinoise et réalisation d'une fiction) et, si le travail est de qualité et que la quête de partenaires est fructueuse, une issue Pékinoise à ce projet pour 5 d'entre eux (un par anneau olympique) pour une participation financière à hauteur d'un séjour scolaire, soit 400€.
Une maman faisant le constat que nous étions peu nombreux me propose de donner l'espoir aux 9 qu'ils pourraient tous y aller. Soit, essayons. Quelque temps plus tard, l'un d'entre eux nous quittait, peut-être pesuadé que cette entreprise était vaine.
Un an plus tard, les élèves ont réalisé 17 interviews d'athlètes de haut niveau afin de mettre en avant les valeurs sportives, ont eu une initiation au chinois et viennent de débuter il y a quinze jours une fiction qui débute à Marseille en 1938.

Finalement, ce travail, car il s'agit bien d'un travail, rendu possible par une à deux heures de rencontres hebdomadaire, depuis un an, permettra à 6 d'entre eux de partir à Pékin du 15 au 30 août 2008!

undefinedOne world - One dream, tel est le slogan des Jeux Olympiques. Eux aussi s'apprêtent à vivre un rêve pour avoir cru qu'un projet fou pouvait se réaliser.

Vous les découvrirez bientôt sur l'affiche du projet (l'affiche de la fictionétant toujours l'oeuvre de Francis!), comme vous découvrirez cette semaine le story board de la scène de rencontre entre leurs arrière grand-parents. Cette semaine également, le tournage de la scène de l'arrestaion de l'arrière grand-père.

Je sais que tout ça manque de clarté. Pour tout vous dire, je pense que vou ne comprendrez vraiment quelque chose à cette fiction que lorsqu'elle aura été reconstituée dans sa logique temporelle. Ce qui l'organise aujourd'hui, c'est l'opportunité du temps qui nous est donné... un vrai travail pédagogique.

Pour finir, vous dire que les promesses du "Pékinthon" se sont converties à 94%, pour un montant de 1500€, qu'un seul et unique donateur, qui n'a pas participé à cette action de solidarité, a apporté 1000€ au projet et qu'enfin, un ami fidèle, probablement celui sans qui je n'aurais jamais cru que c'était possible, m'avait promis 2000€ dés le début de l'aventure et s'y est tenu.

Un post-it accompagnait un chèque du "Pékinthon"

" en espérant que tu puisses boucler l'affaire grâce à cette belle solidarité qui rassure un peu sur l'humanité! FONCE!! "

Je ne sais pas si ça rassure sur l'humanité, mais sur l'amitié, certainement.

Repost 0

Articles Récents

Pages