Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

notre projet

En 2004, des élèves du collège Vallon de Toulouse à Marseille, ont gagné un coucours organisé par le Conseil Général des Bouches du Rhône. L'objectif, écrire un roman photo  sur les valeurs de l'olympisme (voir le fabuleux destin de Victor Rapide). La récompense devait leur permettre d'assister  aux Jeux Olympiques à Athènes.

En 2007, pour que le rêve devienne enfin réalité, nous nous relançons dans l'aventure. Nous allons réaliser un docu-fiction qui débute à Marseille en 1930 et qui s'achève en 2008, à Pékin, à l'occasion des jeux Olympiques.  

Recherche

BANDE ANNONCE

En mars 2007, un projet ambitieux est présenté aux élèves du collège Vallon de Toulouse à Marseille. Au programme, journalisme sportif, découverte de la culture chinoise, écriture et réalisation d'une fiction qui débute à Marseille en 1938 et qui s'achève à Pékin en 2008 à l'occasion des Jeux Olympiques.

Après 18 mois de travail, tout ce qui était prévu a été réalisé; une vingtaine d'interviews de sportifs de haut niveau effectuées par les élèves
(
voir tous nos reportages en vidéo), un court-métrage de fiction  et, pour six d'entre eux, un magnifique voyage à Pékin au mois d'août 2008 à l'occasion des Jeux Olympiques.

20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 23:21

Lundi 7 avril, début des vacances, je roule vers l'Italie pour une mise au vert. Avant de franchir la frontière, je ne peux m'empêcher d'écouter les infos avant de couper les ponts avec le monde durant une semaine. Paris accueille la flamme olympique. La seule radio que je capte est insupportable par la cacophonie qui règne régulièrement sur son antenne. Les journalistes dépeignent des scènes d'émeute, hurlent à la censure, s'offusquent, extrapolent... col de Montgenèvre, benvenuto in Italia.

Je n'avais pas aimé les images de Londres la veille. Je n'aimerai aucune des images de cette flamme. Pas celles de Paris ou des autres démocraties avérées qu'elle traverse, pas celles non plus de Mascate, dans le Sultanat d'Oman, où toute dissidence aurait probablement été lourdement sanctionnée ou celles de Dar es-Salaam dans une Afrique plus préoccupée par la faim que par la flamme ou le Tibet.

Quelle plus belle vitrine que les Jeux Olympiques pour faire parler de soi en sabotant « en direct », au nom d'un idéal, un autre idéal auquel certains s'efforcent encore de croire. Oui j'aime le sport, non je n'aime pas que ce soit Coca qui le finance. Oui j'aime la compétition, pas lorsqu'elle oppose deux villes à coups de millions pour savoir laquelle est la plus « apte » à accueillir les Jeux. Oui j'aime le sport pour les valeurs qu'il véhicule et que notre projet tente de mettre en avant, non je n'aime pas qu'on demande au sport de combattre sur un terrain qui n'est pas le sien. Les Jeux auront bien lieu en Chine en août 2008 comme décidé il y a sept ans. Quels que soient les appels au boycott, de la cérémonie d'ouverture ou des produits Français, nous entendrons au cours des 100 derniers jours qui nous séparent de la cérémonie d'ouverture, des va-t-en-guerre, des donneurs de leçons, des athlètes mal à l'aise, des touristes qui trouvent Pékin finalement plus propre qu'ils ne pensaient, des chinois qui « fuck » la France et des journalistes qui continueront, dans leur choix éditorial, de nous asséner que l'on vit quand même dans un monde un brin "rotten", bien au-delà du Danemark, comme le disait Hamlet à son ami Horatio.

Alors qu'est-ce qui va bien quand tout va mal ?

Cette démocratie et cette liberté qui permettent de s'opposer (souvent à tout en France), nous permet, à nous, de construire un rêve. Notre projet continue pour la dernière ligne droite. Un peu plus de cent jours nous séparent de notre départ et il nous reste encore tant de choses à faire. Nos tournages sont compromis pour les trois semaines à venir (nous tournons habituellement le jeudi et je suis jury d'examen jeudi prochain et jeudi 1er et 8 mai sont fériés). Alors il va falloir renvoyer les équipes sur le pont, en autonomie. Nous avons en attente des entretiens avec Fabien Gilot et Frederik Bousquet, qui jouent leur qualification pour Pékin cette semaine aux championnats de France de natation. Francis nous prépare l'interview d'un étudiant de la faculté des sports qu'il a eu comme prof stagiaire cette année. Sa particularité, devenir arbitre professionnel. Nous allons renouer avec nos jeunes gymnastes du pôle France et suivre de près les sportifs que nous avons rencontrés et qui se sont déjà qualifiés pour Pékin (Xavier Rohart, Christelle Daunay, Camille Ayglon et Yann Cucherat en attendant que Ladji Doucouré les rejoigne).

Enfin, jeudi à 18 heures, Fiona m'accompagne dans les studios de La Chaine Marseille pour faire son premier direct à la télé.

« Show must go on ! »... et agissons tous "pour un monde meilleur"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fionaa 24/04/2008 22:37

Des Souvenirs pleins la tête.Je n'oublierais jamais.Merci pour m'avoir donné l'occasion de vivre ce moment de Bonheur.

Articles Récents

Pages